Grec. Lecture : "La République" de Platon. Est-il bon qu'un professeur se conduise comme ses élèves ?

Lire et traduire cet extrait de La République (livre VIII), où Platon critique un des effets possibles de l’égalité : l’anarchie.


Διδάσκαλός τε ἐν τῷ τοιούτῳ

φοιτητὰς φοβεῖται καὶ θωπεύει,

φοιτηταί τε διδασκάλων ὀλιγωροῦσιν,

οὕτω δὲ καὶ παιδαγωγῶν·

καὶ ὅλως οἱ μὲν νέοι

πρεσβυτέροις ἀπεικάζονται καὶ διαμιλλῶνται

καὶ ἐν λόγοις καὶ ἐν ἔργοις,

οἱ δὲ γέροντες συγκαθιέντες τοῖς νέοις

εὐτραπελίας τε καὶ χαριεντισμοῦ ἐμπίμπλανται,

μιμούμενοι τοὺς νέους,

ἵνα δὴ μὴ δοκῶσιν

ἀηδεῖς εἶναι μηδὲ δεσποτικοί.

Notes


• ὁ διδάσκαλος, ου : le professeur
τοιοῦτος : tel (= τοιόσδε)
• ὁ φοιτητής, οῦ : l’écolier.
Synonyme : ὁ μαθητής, οῦ.
φοβέομαι-οῦμαι : craindre. Cf. phobie.
θωπεύω : flatter
ὀλιγωρέω-ῶ : négliger, mépriser, avec complément d’objet au génitif. Cf. ὀλίγος, η, ον: peu, peu nombreux, peu considérable → oligarchie.
οὕτω (rappel) : ainsi → de même
• ὁ παιδαγωγός, οῦ : précepteur, gouverneur (παῖς enfant, ἄγω conduire, mener, diriger)
ὅλως : complètement, généralement, en un mot (suffixe ως : adverbe formé sur le radical de ὅλος « tout », déjà vu)
ἀπεικάζω : copier, comparer. Voix moyenne: se comparer (racine εἰκ- : semblance, image, cf. εἰκών image → icône).
διαμιλλάομαι-ῶμαι rivaliser avec + datif (cf. ἡ ἅμιλλα, ας : la rivalité)
• ὁ γέρων (3e déclinaison, génitif γέροντος) : le vieil homme
συγκαθίημι + datif : se mettre à la hauteur de qqn. Le suffixe ντ (συγκαθιέντες) en fait un participe, voix active.
• ἡ εὐτραπελία, ας : la gaieté (εὐ, τρέπω)
• ὁ χαριεντισμός, οῦ : le badinage (χάρις, χαρίεις, χαίρω)
• (ἐμ)πίμπλημι : remplir
μιμέομαι-οῦμαι : imiter. Cf. μίμησις imitation, représentation, critiquée par Platon et louée par Aristote (l’art imite la nature · ἡ τέχνη μιμεῖται τὴν φύσιν)
ἵνα : conjonction de subordination + subjonctif, « pour que ». Suivie de l’indicatif : «là où», «dans la mesure où».
δοκέω-ῶ : sembler (cf. δόξα l’opinion).
ἀηδής, ής, ές (adj. de la 2e classe) : désagréable (ἥδομαι se réjouir, et α privatif)
μηδέ = οὐδέ : coordination négative (négation μή ou οὐ + coordination δέ) → et ne pas, ni.


Traduction :

1. Διδάσκαλός τε ἐν τῷ τοιούτῳ φοιτητὰς φοβεῖται καὶ θωπεύει,
Un professeur dans la → une telle (situation) craint et flatte (ses) élèves,
2. φοιτηταί τε διδασκάλων ὀλιγωροῦσιν,
et les élèves méprisent leurs professeurs,
3. οὕτω δὲ καὶ παιδαγωγῶν·
ainsi que leurs précepteurs ;
4. καὶ ὅλως οἱ μὲν νέοι πρεσβυτέροις ἀπεικάζονται καὶ διαμιλλῶνται
tandis que les jeunes gens se comparent tout à fait à leurs aînés et se mesurent à eux,
5. καὶ ἐν λόγοις καὶ ἐν ἔργοις,
aussi bien en paroles qu’en actions,
6. οἱ δὲ γέροντες συγκαθιέντες τοῖς νέοις
les vieillards, s’asseyant aux côtés des jeunes,
7. εὐτραπελίας τε καὶ χαριεντισμοῦ ἐμπίμπλανται,
se remplissent de gaieté et d’humeur badine,
8. μιμούμενοι τοὺς νέους
imitant les jeunes,
9. ἵνα δὴ μὴ δοκῶσιν ἀηδεῖς εἶναι μηδὲ δεσποτικοί.
pour qu’ils ne semblent pas → pour ne pas sembler disgracieux ni despotiques.

Desk02 theme