Méthode : l'oral de culture générale au concours de Polytechnique

Les textes proposés à l’oral de Polytechnique possèdent une valeur littéraire et (souvent) philosophique ou anthropologique. Ils appartiennent à des genres très différents (essais, romans, poèmes, autobiographies, pièces de théâtre…) et à des époques et latitudes variées (littérature antique, littérature étrangère…).

L’épreuve

D'abord, il faut soigner ce qu'en rhétorique on appelle l'action : tenue, gestuelle, regard. Regarder le jury (sans négliger personne, s'il est composé de deux ou plusieurs examinateurs), se tenir droit, ne pas cacher ses mains, ne pas manipuler nerveusement son crayon...
En outre, le jury est attentif à la qualité du français. S’exprimer avec « clarté et distinction » (Descartes).

1. Résumé : compréhension d’une pensée

Le but du résumé est de prouver que l’on a bien compris le texte : donc, éviter toute forme de confusion.

Durée : 2 ou 3 minutes. Réduire le texte à un quart environ.
Suivre les étapes du texte
Conserver la forme (par exemple un dialogue) et la situation d’énonciation (par exemple la 1e personne du singulier).
Reformuler : ne pas se contenter de substituer des synonymes aux mots du texte.
Clarifier les articulations logiques ou chronologiques : il est possible d’ajouter des connecteurs.

Un résumé n’est pas :
- un commentaire
- une explication de texte.

2. Dissertation : production d’une pensée

Le but de la dissertation est de montrer que l’on possède une vraie culture générale (concrète et personnelle), et que l’on est capable d’articuler un raisonnement cohérent (en 2 ou 3 parties).

Choisir son sujet :
- l’idée principale du texte
- un présupposé majeur de celui-ci

Éviter de donner le sentiment de plaquer sur le texte une dissertation toute faite (sur « le progrès », par exemple, sujet rassurant mais qui ne correspond pas toujours au problème singulier que pose le texte).

Annoncer le plan. Celui-ci doit être dialectique : thèse et antithèse. Oublier la synthèse, presque toujours maladroite et confuse. Il peut arriver qu’un troisième point de vue puisse être développé, s’il est clair et concret et non un mélange confus de différents points de vue.

La matière de la dissertation ne peut être constituée que d’exemples précis et connus de manière personnelle. Ne pas citer, par exemple, une œuvre dont on ne connaît que le titre.

Éviter à tout prix :
- les généralités
- les idées reçues et autres « propos de café du commerce » (rapport 2003)
- les prescriptions (« la société doit… », « les historiens devraient… »)
- les prises de position partisanes ou idéologiques
- les confidences personnelles
- les exemples rebattus, banals, peu aptes à valoriser une culture générale.

3. Entretien

Le but de l’entretien est de « réparer telle omission » ou de « corriger telle erreur », mais aussi de tester le candidat sur son vocabulaire et sur sa culture générale (en vérifiant qu’il ne met pas Zola au XVIIe siècle et qu’il a entendu parler de saint Louis ou de Bismarck, par exemple).

Lire les rapports du jury sur le site gargantua.polytechnique.fr
Rappel important : utiliser les conseils pour se préparer à l’oral de culture générale des écoles scientifiques.

Français: 

Desk02 theme