Grec. Point 16 : l'aoriste à l'indicatif

À quoi sert l'aoriste ?

L'aoriste est un temps verbal ; mais la notion grammaticale de "temps" n'est pas la même en grec et en français. Intéressons-nous donc au grec : contrairement au présent, qui sert à exprimer « un procès qui se développe », l'aoriste désigne un "procès aboutissant à un terme défini, ou procès pur et simple" (A. Meillet, cité par J. Humbert, Syntaxe grecque, 1993, p. 134). "L’aoriste n’exprime que l’action verbale" (J. Bertrand, Nouvelle grammaire grecque, p. 306). "L’aoriste indicatif constate un fait passé dont la durée – effectivement brève ou longue – n’a pas d’intérêt aux yeux du sujet parlant" (J. Humbert, op. cit., p. 141). D’où son nom : "aoriste" (ἀόριστος), qui signifie "indéterminé".

→ La référence au passé est la valeur que nous considérons comme temporelle de l’aoriste. Nous pouvons alors le traduire par un passé simple, un passé composé ou un plus-que-parfait. C'est le temps du récit.
→ Il existe aussi un aoriste de vérité générale (dit aussi "aoriste gnomique"), et sa variante l'aoriste d’expérience, toujours accompagné d'un adverbe.
→ Précédé de εἴθε ou de εἰ γάρ, l’aoriste est l’expression du regret.
→ Avec ἄν, il équivaut à un irréel du passé (conditionnel passé en français). La particule ἄν se place dans la proposition principale.

L'aoriste ne prend pas la même forme pour tous les verbes, malgré deux constantes, communes avec l'imparfait :
- l'emploi de l'augment (ε) à l'indicatif
- et l'emploi des désinences secondaires : actives (1. ν, 2. ς, 3. rien, 4. μεν, 5. τε, 6. ν ou σαν) et moyennes (1. μην, 2. σο, 3. το, 4. μεθα, 5. σθε, 6. ντο). Aussi étrange que cela puisse paraître, l'aoriste passif requiert les désinences actives, parce que les Grecs le perçoivent comme l'expression d'un état plutôt que d'une action subie.

Il faut distinguer cinq cas de figure :

  1. l'aoriste "thématique", pour lequel on utilise la voyelle thématique (1. ο 2. ε 3. ε 4. ο 5. ε 6. ο). Comme il se conjugue comme l'imparfait, cet aoriste se forme à partir d'un radical différent de celui du présent, ce qui évite la confusion. Exemple : présent λείπω ("je laisse") - imparfait ἔλειπον - aoriste ἔλιπον ("je laissai"). L'aoriste thématique existe aux voix active et moyenne.
  2. l'aoriste "sigmatique", qui s'obtient par l'ajout du suffixe σα au radical du présent. Exemple : βουλεύω ("délibérer") - aoriste ἐβούλευσα. L'aoriste sigmatique existe aux voix active et moyenne.
  3. l'aoriste "radical" où on ne trouve ni voyelle thématique, ni suffixe. Le radical est différent de celui du présent. Exemple : βαίνω ("marcher") - aoriste ἔβην. L'aoriste radical existe seulement à la voix active.
  4. l'aoriste en κα, qui ne concerne que trois verbes : ἵημι laisser, envoyer (aoriste ἧκα) ; τίθημι poser (ἔθηκα) ; δίδωμι donner (aoriste ἔδωκα).  L'aoriste en κα existe aux voix active et moyenne.
  5. l'aoriste passif : on utilise un suffixe, η ou θη, et les désinences actives.

1. L'aoriste thématique

Les aoristes thématiques concernent des verbes qui sont déjà thématiques au présent.
Exemple : λείπω "laisser".

voix active : 1. ἔλιπον 2. ἔλιπες 3. ἔλιπε 4. ἐλίπομεν 5. ἐλίπετε 6. ἔλιπον
voix moyenne (λείπομαι "être laissé en arrière", "être privé") : 1. ἐλιπόμην 2. ἐλίπου 3. ἐλίπετο 4. ἐλιπόμεθα 5. ἐλίπεσθε 6. ἐλίποντο

Joëlle Bertrand dans sa grammaire (p. 293-294) donne une liste de verbes bien choisis, parmi les plus courants. Prenons quelques exemples pour nous exercer :

présent radical d'aoriste aoriste
λέγω "dire" ἐπ εἶπον
 (ὁράω) ὁρῶ "voir" ἰδ εἶδον
(αἱρέω) αἱρῶ
"prendre"
ἑλ εἷλον
ἔχω "avoir"
Rappel de l'imparfait : εἶχον
σχ ἔσχον
ἄγω"conduire" ἀγαγ ἤγαγον
βάλλω"jeter" βαλ ἔβαλον
θνῄσκω"mourir" θαν ἔθανον
λαμβάνω"prendre" λαβ ἔλαβον
μανθάνω "apprendre", "comprendre" μαθ ἔμαθον
πάσχω"subir" παθ ἒπαθον
γίγνομαι "devenir", "naître",
"advenir"
γεν ἐγενόμην
ἔρχομαι "aller"
Remarque : son aoriste est également celui d'εἶμι, "aller"
ἐλθ ἦλθον


2. L'aoriste sigmatique

L'aoriste sigmatique concerne des verbes qui sont thématiques au présent, mais aussi les verbes en -νυμι, et ἵστημι dans son emploi transitif.
Dans le suffixe σα, le α résulte de la vocalisation du ν (désinence de 1e personne du singulier, voix active). Cette forme σα s’est cependant étendue à toute la conjugaison, aux voix active et moyenne. Seule exception : la 3e personne du singulier (σε).

Exemple : λύω "délier". → 1. ἔλυσα 2. ἔλυσας 3. ἔλυσε 4. ἐλύσαμεν 5. ἐλύσατε 6. ἔλυσαν

présent remarque aoriste
κελεύω "ordonner"
ἐκέλευσα
(ποιέω) ποιῶ "faire", "créer" allongement de la voyelle du radical

α, ε → η

ο → ω
ἐποίησα
ἵστημι "placer" singularité de ce verbe : il a un aoriste radical, pour son emploi intransitif ("se placer"). ἔστησα
θρύπτω "briser" β, π, φ, πτ + σ = ψ
ἔθρυψα
πείθω "persuader" δ, τ, θ, ζ + σ = σ ἔπεισα
ἄρχω "commencer", "commander" γ, κ, χ, ττ + σ = ξ ἦρξα
δείκνυμι "montrer" disparition du suffixe νυ ou λυ ἔδειξα
ἀγγέλλω "annoncer" λ, μ, ν, ρ + σ = disparition du σ, et allongement de la voyelle dans la syllabe qui précède.
Parfois, introduction d'un η entre le radical et σα.
ἤγγειλα


3. L'aoriste radical

C'est un aoriste "irrégulier" : le radical de l'aoriste n'est pas le même que celui du présent.
Exemple : γιγνώσκω "apprendre à connaître", "comprendre", "penser", "décider" (latin cognosco): 1. ἔγνων 2. ἔγνως 3. ἔγνω 4. ἔγνωμεν 5. ἔγνωτε 6. ἔγνωσαν.
Attention à la désinence σαν à la 3e personne du pluriel.

Parmi les autres verbes ayant un aoriste radical :

présent radical de l'aoriste aoriste
ἵστημι στη
Noter que cet aoriste radical est réservé à l'emploi intransitif
d'ἵστημι ("se placer")
ἔστην
βαίνω "marcher" βη ἔβην
φύομαι "naître" φυ ἔφυν



4. L'aoriste de τίθημι, ἵημι et δίδωμι

À la voix active, on utilise un suffixe κα au singulier, et le radical au degré long ; au pluriel, radical au degré réduit (mais εἱ- pour ἵημι) et absence de suffixe.
À la voix moyenne, degré réduit du radical et désinences μην, σο, το, etc.

τίθημι ἵημι δίδωμι
vx active

moyenne

active

moyenne

active

moyenne

ἔθηκα

ἔθηκας

ἔθηκε

ἔθεμεν

ἔθετε

ἔθεσαν
ἐθέμην

ἔθου

ἔθετο

ἐθέμεθα

ἔθεσθε

ἔθεντο
ἧκα

ἧκας

ἧκε

εἷμεν

εἷτε

εἷσαν
εἷμην

εἷσο

εἷτο

εἵμεθα

εἷσθε

εἷντο
ἔδωκα

ἔδωκας

ἔδωκε

ἔδομεν

ἔδοτε

ἔδοσαν
ἐδόμην

ἔδου

ἔδετο

ἐδόμεθα

ἔδοσθε

ἔδοντο

Noter la contraction en ου à la 2e personne du singulier, voix moyenne (désinence σο), pour deux verbes : τίθεμαι et δίδομαι (ἔθου et ἔδου).

5. L'aoriste passif

On ajoute au radical, qui est soit le radical du présent, soit un radical différent, un suffixe η ou un suffixe θη (d'invention plus récente) ; parfois les deux suffixes sont possibles pour un même verbe.
Les désinences sont les désinences secondaires actives, cet aoriste n'étant pas perçu comme passif mais comme l'expression d'un état. C'est pourquoi il concurrence l'aoriste moyen chez un certain nombre de verbes.
Ex. : βούλομαι (moyen) "vouloir", aoriste ἐβουλήθην.

La 3e personne du pluriel est -σαν, ce qui est logique puisqu'il n'y a pas de voyelle thématique.

Exemples :
φθείρω "détruire" → 1. ἐφθάρην 2. ἐφθάρης 3. ἐφθάρη 4. ἐφθάρημεν 5. ἐφθάρητε 6. ἐφθάρησαν
λύω "délier" → 1. ἐλύθην 2. ἐλύθην 3. ἐλύθη 4. ἐλύθημεν 5. ἐλύθητε 6. ἐλύθησαν

présent remarques aoriste "passif" avec suffixe
en θη
βουλεύω "délibérer"
→ ἐβουμεύθην "faire l'objet d'une délibération"

ἐβουλεύθην
(ποιέω) ποιῶ radical au degré long ἐποιήθην
ἵστημι radical au degré réduit ἐστάθην
θρύπτω β, π, φ, πτ + θη = φθη ἐθρύφθην
ἄρχω
γ, κ, χ, ττ + χθη = χθη
ἤρχθην
δείκνυμι disparition du suffixe νυ ou λυ ἐδείχθην
ἀγγέλλω radicaux en liquide ou nasale (λ, μ, ν, ρ) → suffixe η ou θη, et souvent modification du radical. ἠγγέλθην

Remarquer que l’aoriste passif de τίθημι est ἐτέθην, en raison de la loi de Grassmann (la première consonne aspirée perd son aspiration) au lieu de *ἐθέθην.

Desk02 theme