Grec, points 14 et 16, lecture. Variations sur le serpent, la 3e déclinaison et l'aoriste

Le serpent (ὁ ὄφις, génitif ὄφεως), animal réel, fantastique, fantasmé...
Pour la déclinaison d' ὄφις : modèle ἡ πόλις, manuel Jouanna p. 89.

1. Le serpent dans le paradis.
Ὁ δὲ ὄφις ἦν προνιμώτατος πάντων τῶν θηρίων τῶν ἐπὶ τῆς γῆς, ὧν ἐποίησεν κύριος ὁ θεός. (Genèse, III, 1)

φρόνιμος, η, ον : prudent.
Τὸ θηρίον, ου : la bête.
ἡ γῆ, ῆς : la terre.
ὧν : attraction du relatif au cas de son antécédent (πάντων τῶν θηρίων, expression au génitif)
ἐποίησεν = ἐποίησε
ὁ κύριος, ου : le seigneur.

  • Comprendre et traduire.

2. Conseil de Jésus aux apôtres.
Γίνεσθε οὖν φρόνιμοι ὡς οἱ ὄφεις, καὶ ἀκέραιοι ὡς αἱ περιστεραί. (Matthieu, X, 16)

Γί(γ)νεσθε : impératif (« soyez »).
ἀκέραιος, ος, ον : intact, d'où candide.
ἡ περιστερά, ᾶς : la colombe

  • Comprendre et traduire.

Jésus traite les pharisiens et les scribes d' ὄφεις, γεννήματα ἐχιδνῶν («serpents, engeances de vipères »).

3. Des chevaux effraient Praxinoa ; elle les compare à des serpents.
Ἵππον καὶ τὸν ψυχρὸν ὄφιν τὰ μάλιστα δεδοίκω
ἐκ παιδός. (Théocrite, « Les Syracusaines », Idylles, 15, v. 58-59)

ψυχρός, ά, όν : froid
μάλιστα ou τὰ μάλιστα : le plus, surtout
δεδοίκω forme dorienne de δέδοικα, "je crains" (ce verbe ne s'emploie qu'au parfait)
ἐκ + génitif, au sens temporel : depuis

  • Comprendre et traduire la phrase.
  • Décliner τὸν ψυχρὸν ὄφιν aux cinq cas, singulier seulement.
  • Décliner παῖς aux cinq cas, également au singulier.

Comme Théocrite (IIIe s. Avant J.-C.), Praxinoa est originaire de Syracuse et vit à Alexandrie, en Egypte. Avec sa compatriote Gorgo, elle critique les Egyptiens.

4. Les Troyens s'apprêtent à assaillir le camp des Grecs, quand ils voient un aigle lâcher sa proie : un serpent encore vivant, qui parvient à se retourner contre l'oiseau. C'est un présage que Zeus leur envoie.
Τρῶες δ᾽ ἐρρίγησαν ὅπως ἴδον αἰόλον ὄφιν
κείμενον ἐν μέσσοισι, Διὸς τέρας αἰγιόχοιο. (Hom., Iliade, chant XII, v. 208-209)

οἱ Τρῶες, génitif Τρώων : les Troyens
(ῥιγέω) ῥιγῶ : frissonner. L'augment provoque le redoublement du ρ initial.
ὅπως avec l'indicatif : quand
ἴδον : aoriste sans augment, habituel chez Homère.
αἰόλος, η, ον : mobile, agité
κεῖμαι : être couché (voir τὸ κῶμα le sommeil, français "coma")
ἐν μέσσοισι : au milieu d'eux (μέσος, η, ον "situé au milieu")
Διός : génitif de Ζεύς.
τὸ τέρας, génitif τέρατος : le monstre (cf. "tératologie")
αἰγίοχος (génitif αἰγιόχου, le génitif -οιο est un génitif archaïque) : "qui tient l'égide", de ἡ αἴξ (la chèvre) et ἔχω avoir. L'égide est un bouclier, couvert de la peau d'Amalthée, la chèvre qui a allaité Zeus (de nombreuses œuvres d'art)

  • Comprendre et traduire la phrase.
  • Conjuguer ἐρρίγησα.
  • ἴδον : identifier le verbe au présent (leçon sur l'indicatif aoriste), puis le conjuguer après avoir ajouté l'augment. Enfin, le transposer à la voix moyenne et le conjuguer.
  • Décliner τέρας au singulier, après avoir identifié le modèle à suivre dans la 3e déclinaison.

Les Troyens renoncent à mener à bien leur assaut : comme ce serpent encore vivant, les Grecs pourraient se refaire et les vaincre.

5. Naissance de la Chimère, fille d'Echidna, soeur de Cerbère. Il y a du serpent en elle...
Ἣ (= Ἔχιδνα) δὲ Χίμαιραν ἔτικτε πνέουσαν ἀμαιμάκετον πῦρ,
δεινήν τε μεγάλην τε ποδώκεά τε κρατερήν τε.
Tῆς δ' ἦν τρεῖς κεφαλαί· μία μὲν χαροποῖο λέοντος,
ἣ δὲ χιμαίρης, ἣ δ' ὄφιος, κρατεροῖο δράκοντος. (Hésiode, Théogonie, v. 319-323)

ἣ δέ : "elle", "quant à elle". Rappel : ἣ μέν... ἣ δέ..., l'une... l'autre... (parataxe avec l'article).
Au 3e vers, μία est le féminin de εἷς, μία, ἕν "un" (latin unus). Δύο deux, τρεῖς (neutre τρία) trois.
ἡ χίμαιρα : la chimère, ou la chèvre
τίκτω : enfanter
πνέω : souffler (τὸ πνεῦμα le souffle)
ἀμαιμάκετος, η, ον : invincible
τὸ πῦρ, génitif πυρός : le feu
μέγας, μεγάλην, μέγα : grand (adjectif de la 3e classe et irrégulier)
ποδώκης, ης, ες (adjectif de la 2e classe) : aux pieds rapides
κρατερός, ά, όν : fort, vigoureux
χαροπός, ή, όν : au regard brillant
ὁ λέων, génitif λέοντος : le lion
ὄφιος = ὄφεως
ὁ δράκων, génitif δράκοντος : le dragon

  • Comprendre et traduire ces vers.
  • Décliner τὸ πῦρ au singulier. Attention, l'accent est sur la désinence aux cas obliques.
  • Décliner ὁ λέων au pluriel, après avoir identifié le modèle à suivre. Même question pour δράκοντος.
  • À quel temps est ἔτικτε ? Τίκτω a un aoriste thématique, radical τεκ. Conjuguer ce verbe à l'aoriste.

6. Description des Thébains au combat.
Λόχος δ´ ὀδόντων ὄφεος ἐξηνδρωμένος
δεινὸς παλαιστὴς ἦν. (Euripide, Les  Suppliantes)

ὁ λόχος, ου : la troupe
ὄφεος : encore une forme différente de génitif, à côté d'ὄφεως, régulier en grec attique
ἐξανδρόομαι, οῦμαι : prendre une forme d'homme. Le participe parfait ἐξηνδρωμένος peut se traduire par "ayant pris une forme d'homme".
ὁ παλαιστής, οῦ : rival, adversaire

  • Comprendre et traduire cette phrase. Pourquoi les Thébains sont-ils décrits comme venant des dents d'un serpent ?
  • ὁ ὀδούς, όντος : retrouver le sens de ce mot à partir d'"orthodontie". Le décliner au singulier.
  • ὁ παλαιστής : à quelle déclinaison appartient ce mot ? Le décliner au singulier.

7. Dans Les Bacchantes, le messager déplore le sort de Thèbes, dont le roi Penthée refuse d'accueillir Dionysos.
Ὦ δῶμ´ ὃ πρίν ποτ´ ηὐτύχεις ἀν´ Ἑλλάδα
Σιδωνίου γέροντος, ὃς τὸ γηγενὲς
δράκοντος ἔσπειρ´ ὄφιος ἐν γαίᾳ θέρος,
ὥς σε στενάζω. (Euripide, Les Bacchantes)

τὸ δῶμα : la demeure, le palais, désigne métonymiquement la cité de Thèbes
ὅς, ἥ, ὅ : pronom relatif.
πρίν : auparavant
ποτε : un jour, autrefois
(εὐτυχέω) εὐτυχῶ : être heureux, être prospère
ἀν' = ἀνά
ἡ Ἑλλάς, génitif Ἑλλάδος : la Grèce
Σιδώνιος : sidonien, de Sidon, en Phénicie, dont Cadmos est originaire. Cadmos est désigné par le mot γέροντος.
γηγενής, ής, ές : né de la terre.
σπείρω : semer. Ἔσπειρ´ : élision d'ἔσπειρε.
τὸ θέρος : l'été, ou la moisson.
στενάζω : plaindre. Phrase exclamative.

  • Comprendre et traduire ces vers.
  • Décliner Ἑλλάς.
  • De quel mot γέροντος est-il le génitif?
  • Décliner τὸ γηγενὲς θέρος au singulier et au pluriel (voir manuel Jouanna p. 83).
  • À quel temps est ηὐτύχεις ?
  • À quel temps est ἔσπειρε? Il y a deux réponses possibles d'après la morphologie du mot, mais le contexte impose un choix.

8. Généralités sur le serpent (Aristote, Histoire des animaux, livre II, chap. 10).
a- Τὸ μὲν γὰρ πλεῖστον αὐτῶν χερσαῖόν ἐστιν, ὀλίγον δὲ τὸ τῶν ἐνύδρων ἐν τοῖς ποτίμοις ὕδασι διατελεῖ.
b- Εἰσὶ δὲ καὶ θαλάττιοι ὄφεις, παραπλήσιοι τὴν μορφὴν τοῖς χερσαίοις τἆλλα, πλὴν τὴν κεφαλὴν ἔχουσι γογγροειδεστέραν.
c- Γένη δὲ πολλὰ τῶν θαλαττίων ὄφεών ἐστι, καὶ χρόαν ἔχουσι παντοδαπήν·
d- οὐ γίνονται δ´ οὗτοι ἐν τοῖς σφόδρα βαθέσιν.
e- Ἄποδες δ´ εἰσὶν οἱ ὄφεις ὥσπερ τὸ τῶν ἰχθύων γένος.

πλεῖστος, η, ον : superlatif de πολύς, πολλή, πολύ "nombreux". Τὸ πλεῖστον : la plus grande partie, les plus nombreux
χερσαῖος, α, ον : terrestre
ἐστινὀλίγος, η, ον : peu nombreux, rare
ἔνυδρος, ος, ον : vivant dans l'eau. L' "hydre", ὕδρα, est étymologiquement un serpent "d'eau". Voir dans la suite ὕδασι, datif pluriel de ὕδωρ (τὸ), génitif ὕδατος, irrégulier, "eau".
πότιμος, ος, ον : potable
(διατελέω) διατελῶ (τόν βίον) : passer sa vie
παραπλήσιος, α (ou ος), ον : presque semblable à + datif.
τὴν μορφὴν et τἆλλα (crase) : accusatifs de relation.
πλὴν : sauf (que)
γογγροειδής : ressemblant à un congre (ὁ γόγγρος).
τὸ γένος : la race.
ἡ χρόα : la peau, la couleur de peau.
σφόδρα : "fortement", "très".
βαθύς, εῖα, ύ : profond.

  • Comprendre et traduire cet extrait.
  • Former et conjuguer l'aoriste de διατελέω-ῶ, de ἔχω, et de εἰμι (ou de
    γίγνομαι, l'aoriste est le même).

9. La langue du serpent (ibid., livre II, chap. 12)
a- Ἔστι δ´ ἡ γλῶττα λεπτὴ καὶ μακρὰ καὶ μέλαινα, καὶ ἐξέρχεται μέχρι πόρρω.
b- Ἴδιον δὲ παρὰ τὰς τῶν ἄλλων γλώττας ἔχουσι καὶ οἱ ὄφεις καὶ οἱ σαῦροι τὸ δικρόαν αὐτῶν εἶναι τὴν γλῶτταν ἄκραν, πολὺ δὲ μάλιστα οἱ ὄφεις·
c- τὰ γὰρ ἄκρα αὐτῶν ἐστι λεπτὰ ὥσπερ τρίχες. Ἔχει δὲ καὶ ἡ φώκη ἐσχισμένην τὴν γλῶτταν.

λεπτός, ή, όν : léger.
μέλας, μέλαινα, μέλαν : noir (adjectif de la 3e classe, irrégulier, comme μέγας).
ἐξέρχομαι : sortir (composé de ἔρχομαι aller, avec préfixe ἐξ hors de).
μέχρι  : jusque.
πόρρω : en avant, loin devant.
ἴδιος, α (ou ος), ον : particulier (voir "idiome"). Adjectif apposé, qui peut se traduire par "comme particularité, ..."
καὶ... καὶ... polysyndète, "à la fois... et..."
ὁ σαῦρος, ου : le lézard (voir "dino-saure")
δίκροος, α, ον : fourchu
ἄκρος : extrême, situé à la pointe. Ἡ γλῶττα ἄκρα : règle summa arbor
("le sommet de l'arbre", non "l'arbre le plus haut").
ἡ θρίξ, génitif τριχός : le cheveu. Le changement du θ en τ s'explique par la loi de Grassmann.
ἡ φώκη : le phoque
ἐσχισμένος : divisé (participe parfait passif de σχίζω diviser, voir "schizophrène").

  • Comprendre et traduire l'extrait.
  • Former et conjuguer l'aoriste d'ἐξέρχομαι (voir leçon sur l'aoriste) et de σχίζω, aux trois voix : active, moyenne et passive.
  • Décliner αἱ τρίχες au pluriel.

10. Pourquoi la langue du serpent est-elle fourchue ? (Aristote, Parties des animaux)
a- Οἵ τ´ ὄφεις καὶ οἱ σαῦροι (γλῶτταν) μακρὰν καὶ δικρόαν ἔχουσιν,
b- οἱ μὲν ὄφεις οὕτω μακρὰν ὥστ´ ἐκτείνεσθαι ἐκ μικροῦ ἐπὶ πολύ,
c- δικρόαν δὲ καὶ τὸ ἄκρον λεπτὸν καὶ τριχῶδες διὰ τὴν λιχνείαν τῆς φύσεως·
d- διπλῆν γὰρ τὴν ἡδονὴν κτᾶται τῶν χυμῶν, ὥσπερ διπλῆν ἔχοντα τὴν τῆς γεύσεως αἴσθησιν.

ὥστε + infinitif : conséquence logique (au point de...). Οὕτως... ὥστε... : assez pour.
ἐκτείνω : tendre, étendre
τριχώδης, ης, ες : semblable à un cheveu
ἡ λιχνεία, ας : la gourmandise
ἡ φύσις : nature.
διπλόος, διπλόη, διπλόον (contracté en διπλοῦς, ῆ, οῦν) : double
κτάομαι-ῶμαι acquérir, obtenir
ὁ χυμός la saveur
ἡ αἴσθησις : la perception (αἰσθάνομαι percevoir).

  • Comprendre et traduire cet extrait.
  • Conjuguer τείνω à l'aoriste, voix active et moyenne.
  • Conjuguer κτῶμαι à l'aoriste (voix moyenne).
  • Décliner au choix ἡ φύσις, ἡ αἴσθησις ou ἡ γεῦσις.

11. Esope, fable 51. Γεωργὸς καὶ ὄφις τὸν παῖδα αὐτοῦ ἀποκτείνας.
a- Γεωργοῦ παῖδα ὄφις ἑρπύσας ἀπέκτεινεν.
b- Ὁ δὲ ἐπὶ τούτῳ δεινοπαθήσας πέλεκυν ἀνέλαβε καὶ παραγενόμενος εἰς τὸν φωλεὸν αὐτοῦ εἱστήκει παρατηρούμενος, ὅπως, ἂν ἐξίῃ, εὐθέως αὐτὸν πατάξῃ.
c- Παρακύψαντος δὲ τοῦ ὄφεως, κατενεγκὼν τὸν πέλεκυν, τοῦ μὲν διήμαρτε, τὴν δὲ παρακειμένην πέτραν διέκοψεν.
d- Εὐλαβηθεὶς δὲ ὕστερον παρεκάλει αὐτὸν ὅπως αὐτῷ διαλλαγῇ.
e- Ὁ δὲ εἶπεν· "Ἀλλ' οὔτε ἐγὼ δύναμαί σοι εὐνοῆσαι, ὁρῶν τὴν κεχαραγμένην πέτραν, οὔτε σὺ ἐμοὶ, ἀποβλέπων εἰς τὸν τοῦ παιδὸς τάφον."
f- Ὁ λόγος δηλοῖ ὅτι αἱ μεγάλαι ἔχθραι οὐ ῥᾳδίως τὰς καταλλαγὰς ἔχουσι.

ὁ γεωργός "le paysan" (voir "géorgique").
ἀποκτείνας "ayant tué", participe aoriste de ἀποκτείνω "tuer". Un peu plus loin : ἀπέκτεινεν = ἀπέκτεινε, avec ν euphonique.
ἑρπύσας "rampant", participe aoriste d'ἑρπύζω ramper.
δεινοπαθήσας, participe aoriste de δεινοπαθέω-ῶ, se plaindre fortement.
ὁ πέλεκυς, εως : la hâche (3e déclinaison, radical en υ, manuel Jouanna p. 89).
ἀνέλαβε aoriste d'ἀναλαμβάνω.
παραγενόμενος participe aoriste de παραγίγνομαι, s'approcher. ὁ φωλεός, ου : le trou, la tanière.
εἱστήκει "se plaça" (plus-que-parfait d'ἵστημι).
παρατηρέομαι-οῦμαι surveiller, observer.
ὅπως afin que, ἂν ἐξίῃ quand il sortirait, εὐθέως aussitôt αὐτὸν πατάξῃ il le frappe. Ἐξίῃ et πατάξῃ : verbes au subjonctif (ἔξειμι "sortir" au présent, et πατάσσω "frapper" à l'aoriste).
παρακύψαντος δὲ τοῦ ὄφεως : "quand le serpent eut sorti sa tête" (génitif absolu : nom et participe au génitif, complément circonstanciel).
παρακύψαντος : participe aoriste de παρακύπτω "se pencher pour regarder".
κατενεγκών : participe aoriste de καταφέρω abattre.
διήμαρτε aoriste de διαμαρτάνω manquer (préverbe δια, verbe ἁμαρτάνω), avec complément au génitif.
παρακειμένος voisin, participe de παράκειμαι (voir κεῖμαι plus haut, extrait n°2).
ἡ πέτρα, ας : la pierre.
διακόπτω : briser (préverbe δια, verbe κόπτω).
εὐλαβηθείς : "prenant ses précautions", participe aoriste (morphologie passive) d'εὐλαβέομαι-οῦμαι.
ὕστερον plus tard, ensuite.
παρακαλέω-ῶ inviter, exhorter à (ὅπως + subjonctif, expression du but)
διαλλάττομαι se réconcilier avec (+ datif), διηλλάγην aoriste de forme passive de διαλλάττομαι (διαλλαγῇ subjonctif, 3e personne du singulier). Sur la racine d'ἀλλάττω (changer, échanger), on forme également ἡ καταλλαγή, la réconciliation, qui se trouve dans la morale de la fable.
οὔτε... οὔτε... ni... ni... (traduction à adapter)
εὐνοέω-ῶ être bienveillant avec + datif.
κεχαραγμένην "entaillé", participe parfait passif de χαράσσω.
ἀποβλέπω : apercevoir (complément d'objet : εἰς + accusatif).
ὁ τάφος la tombe (voir "épitaphe" ou "cénotaphe").
ὁ λόγος désigne ici "la fable".
δηλόω-ῶ montrer
ἡ ἔχθρα, ας : la haine
ῥᾳδίως adverbe : facilement

  • Comprendre et traduire cette fable.
  • Conjuguer l'indicatif aoriste d'ἀποκτείνω, ἑρπύζω, παραγίγνομαι, πατάσσω, παρακύπτω, καταφέρω, διαμαρτάνω, διαλλάττομαι (attention, aoriste de forme "passive"), εὐλαβέομαι-οῦμαι (aoriste de forme "passive", ne nouveau), παρακαλέω-ῶ, ἀποβλέπω et δηλόω-ῶ.
  • Décliner ὁ πέλεκυς au singulier et au pluriel.

Desk02 theme